Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Thèse

Rats invasifs et biodiversité native au sein des forêts denses humides de Nouvelle-Calédonie. : Eléments pour l’amélioration des stratégies de gestion

Résumé : Les rats introduits (Rattus spp.) sont des espèces invasives majeures menaçant la biodiversité sur la plupart des îles de la Planète. Deux espèces, le rat noir (R. rattus) et le rat du Pacifique (R. exulans) vivent en sympatrie au sein des forêts de Nouvelle-Calédonie, où la question de la faisabilité et de l' intérêt de leur contrôle (i.e. limitation locale de leur 'abondance)pour la conservation de la biodiversité native est posée. En raison d'un manque de cadre conceptuel des projets de contrôle,nous avons d'abord réalisé une synthèse et une analyse des opérations de contrôle de rats invasifs dans les milieux naturels des îles du monde. Puis, nous avons cherché à caractériser et à comprendre la dynamique des populations de ces deux espèces de rats sympatriques ainsi que leurs interactions avec la biodiversité native en forêt dense humide du massif du Mont Panié.Des opérations de piégeage létal et de capture-marquage-recapture ont montré que les rats noirs étaient plus abondants que les rats du Pacifique. Les analyses de leur régime alimentaire ont révélé que les deux espèces ont à la fois des proies communes et des proies qui leur sont propres impliquant un renforcement ainsi qu'un élargissement de leurs impacts sur la biodiversité native. Les rats consomment une grande majorité de fruits et de graines, d'invertébrés et de Squamates mais les oiseaux, qui justifient souvent la mise en place de projets de gestion de rats, ne semblent pas ici être une de leur proie préférentielle. De potentiels effets positifs des rats sur la dispersion des graines ont également été mis en évidence au travers d'une comparaison du potentiel germinatif de graines après passage par leur tractus digestif et celui de frugivores natifs. Enfin, nous avons proposer des stratégies de piégeage létal afin de contrôler efficacement les populations de rats invasifs. Une meilleure compréhension des impacts des rats en situation de sympatrie ainsi qu' une meilleure connaissance du lien entre densité de rats et intensité des effets sur la biodiversité permettraient d'optimiser les stratégies de contrôle de rats invasifs lorsque l'éradication n'est pas envisageable.
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [209 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-unc.archives-ouvertes.fr/tel-02937447
Contributeur : William Demet <>
Soumis le : lundi 14 septembre 2020 - 02:20:43
Dernière modification le : mercredi 14 octobre 2020 - 04:13:38

Fichier

TheseDuron2016VF1.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : tel-02937447, version 1

Collections

Citation

Quiterie Duron. Rats invasifs et biodiversité native au sein des forêts denses humides de Nouvelle-Calédonie. : Eléments pour l’amélioration des stratégies de gestion. Biodiversité et Ecologie. Université de la Nouvelle-Calédonie, 2016. Français. ⟨NNT : 2016NCAL0006⟩. ⟨tel-02937447⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

20

Téléchargements de fichiers

15

Données de recherche